À la rencontre de Farina Kuklinski À la rencontre de Farina Kuklinski

Découvrez cette artiste qui préfère peindre en dehors des lignes.

Découvrez cette artiste qui préfère peindre en dehors des lignes.

Farina Kuklinski est convaincue que « les plus belles choses surviennent lorsqu’on est enfin libéré des consignes et des attentes. » Cette philosophie se révèle évidente lorsqu’on observe son approche décontractée de l’aquarelle. S’inspirant de la nature, ses représentations fluides de plantes et d’animaux nous frappent par leur innocence et leur sincérité. Nous avons souhaité en apprendre davantage sur Farina afin de vous présenter la personne qui se cache derrière ces aquarelles au charme délicieusement nostalgique.

Votre travail a une dimension nostalgique et onirique. Quelle réaction espérez-vous obtenir de vos peintures ?

J'aime être capable d'évoquer un sourire sur les lèvres du spectateur, ou de créer un sentiment de bien-être. Il est important pour moi que mon art fasse « du bien aux gens ».

Vous êtes designer floral de métier, et vos peintures représentent principalement des plantes et des animaux. D’où vous vient cet amour de la nature ?

Ma mère et ma grand-mère ont toujours aimé les plantes. Enfant, je passais des heures à jouer dans le jardin de ma grand-mère à désherber les massifs de fleurs, à tailler les rosiers ou à planter des bulbes avec elle. Les plantes et la nature ont un effet vraiment calmant pour moi et m’aident à recharger mes batteries. C’est pourquoi j’ai tant de plantes chez moi, que ce soit dans mon appartement ou sur mon balcon.

Vous avez beaucoup bougé. Pourriez-vous nous parler de votre parcours de Maastricht à Barcelone puis à Cologne ?

J'ai déménagé à Maastricht pour étudier l'art à l'université. Pendant mes études, j'ai passé un semestre à Barcelone, une ville merveilleuse et si dynamique. Après l'obtention de mon diplôme, j'ai décidé de m'installer à Berlin (que je considère comme une véritable métropole créative), afin de trouver du travail, de l'inspiration, et simplement pour tenter l’aventure berlinoise. Pendant ces sept années, je n’ai quitté Berlin que pour trois mois à l’occasion d’un stage à Londres. Mais après tant d’années, mon instinct m'a conduit dans une ville plus petite et plus facile à gérer : Cologne, où je vis maintenant.

Pour quelles raisons avez-vous choisi l’aquarelle comme médium principal ?

En fait, c'était plus une coïncidence qu'un choix. La vieille boîte d’aquarelles de mon père est tombée entre mes mains et j’ai rapidement découvert son potentiel. Vous pouvez commencer sans beaucoup d’entraînement avec de beaux résultats. Selon la façon dont vous les utilisez, les effets peuvent être très doux, ou au contraire très lumineux et intenses. Il faut accepter de perdre un peu le contrôle car une partie du résultat est due au hasard, ce qui rend l’œuvre joliment imparfaite.

Où et comment trouvez-vous l'inspiration ?

En fait, je m'inspire beaucoup de la nature et des plantes. L'époque où j'ai travaillé comme designer floral a vraiment eu un impact sur moi, mais je trouve aussi mon inspiration dans les interactions quotidiennes, dans mes pensées, lorsque je prête attention à mes sentiments et à mes impressions et dans mes photos. L'inspiration frappe souvent dans ces moments où vous ne pensez pas vraiment à quoi que ce soit, mais laissez vos pensées vagabonder librement.

Dites-nous à quoi ressemble votre processus créatif. À quoi ressemble une journée de travail typique pour vous ?

J'aime commencer la journée tôt avec une tasse de thé. Puis je me rends au studio en vélo pour respirer un peu d’air frais, ce qui m'aide à me réveiller. Après avoir lu et répondu à mes emails, j’écris ma To-Do list pour le reste de ma journée. Quand j'ai du temps libre et que je n'ai pas de « commande » à créer, j'aime me concentrer pendant quelques heures sur un sujet particulier. Je ne peins qu'à l'aquarelle, mais j'aime combiner différents styles. Au cours du processus, de nouvelles idées et de nouveaux concepts voient le jour, de sorte que les choses se succèdent toujours les unes après les autres.

Quelles sont les meilleures conditions pour peindre et créer selon vous ?

J'aime être seule et écouter de la musique quand je peins. J'ai besoin de suffisamment de temps pour vraiment m'y mettre, donc j’évite de commencer quand j’ai un rendez-vous de prévu. Parfois, quand je suis vraiment dans mon truc, je ne remarque même pas que le temps passe. Ce n’est que lorsque mon estomac se met à gargouiller que je réalise qu’il est temps de faire une pause !

Vous faites également partie d'un duo de designers spécialisés dans le motion design et le design graphique. Parlez-nous un peu de ce domaine de votre travail.

Ma collègue et moi nous complétons mutuellement par nos compétences. Elle a une formation de motion designer, et moi, une formation de graphiste spécialisée dans l'illustration. Nous aimons aussi organiser des événements pop-up ensemble. Par exemple, il y a deux ans, nous avons créé un pop-up store qui était un mélange entre un magasin de plantes et un bar !

Que faites-vous quand vous ne peignez pas ?

J'ai besoin d'un mélange de convivialité et de paix. J'aime voir mes amis : on cuisine ensemble, on fait du sport ou des excursions, on a des conversations intéressantes. Ceci dit, j'ai aussi besoin des soirées seule à la maison pour me détendre.

De quelle œuvre d'art êtes-vous la plus fière et pourquoi ?

Comme il m'est très difficile de prendre des décisions, je ne pourrais jamais choisir une seule œuvre. Chaque illustration raconte une histoire qui lui est propre : elle a été créée dans une certaine phase de ma vie et reflète un lieu et une époque spécifiques.

Quel conseil auriez-vous aimé qu’on vous donne étant plus jeune ?

N’aies pas peur !

Si vous pouviez être un animal pour une journée, lequel choisiriez-vous ?

Une baleine. Pour moi, les baleines rayonnent de sérénité et de force. Ce sont des animaux très libres et indépendants.

Texte : Caitlin Hughes

Traduction : Caroline Lacaille

Leemo’s Secret Garden

There’s always been a certain duality in my life: there is the world around me and the world that takes place within the walls of my home.

There’s always been a certain duality in my life: there is the world around me and the world that takes place within the walls of my home.

Cta
 
×