Liberté, Égalité, Féminité : à la rencontre de Céleste Wallaert Liberté, Égalité, Féminité : à la rencontre de Céleste Wallaert

L’artiste française nous livre les valeurs morales et esthétiques qui l’inspirent dans son processus créatif

L’artiste française nous livre les valeurs morales et esthétiques qui l’inspirent dans son processus créatif

À la fois belles, audacieuses et pleines de vie, les illustrations de Céleste Wallaert symbolisent avec brio plusieurs aspects de notre époque. En s’attaquant à certains sujets, son travail reflète avec justesse nos propres expériences, et touche souvent une corde sensible.

Nous nous sommes invités dans son univers coloré afin d’examiner de plus près les valeurs à l’origine de ses illustrations.

Autrefois une passion, aujourd’hui une profession

Céleste a commencé à dessiner quand elle était toute petite. Lorsqu’elle réfléchit à son enfance, elle se souvient avec tendresse des longues heures passées à créer des bandes dessinées. Après son bac, Céleste a fait des études de communication visuelle à Lille, puis elle a enchaîné avec une école de graphisme à Bruxelles. À la fin de ses études, elle s’est vu offrir un job de designer textile dans une petite boîte à Paris, une offre à laquelle Céleste n’a pas pu résister.

Aujourd’hui, Céleste partage ses journées entre le design de textiles et son travail de graphiste et d’illustratrice freelance, tout en jonglant avec ses responsabilités de jeune maman. Elle habite dans un petit appartement à Paris, juste à côté de la place de la Bastille, avec sa fille d’un an et demi et son amoureux. Lorsqu’elle a un peu de temps libre, elle en profite pour savourer les petits plaisirs de la vie : jouer du piano, lire des histoires à sa fille, se balader dans le Jardin des Plantes ou le Bois de Vincennes, ou siroter des verres en terrasse lorsqu'il fait beau. Tout comme sa vie privée, son travail nous évoque une joie de vivre communicative.

Ce sont des femmes d’aujourd’hui, fières de ce qu’elles sont, de ce qu’elles représentent, fières de leurs origines, des gens qu’elles aiment.

Un hommage à toutes les femmes

Il y a quelque chose d’universel dans les œuvres de Céleste. Les lignes épurées qui donnent vie aux visages sont suffisamment détaillées pour nous transmettre leurs expressions, mais assez subtiles pour respecter l’anonymat des modèles. C’est ainsi que, quelle que soit la couleur de peau ou les particularités physiques des femmes représentées, on se retrouve facilement en chacune d’elles. Comme nous explique Céleste, : « J’aimerais que les gens qui voient mes images se sentent bien, qu’ils se retrouvent dans mes illustrations. Si ce n’est pas le cas, j’aimerais que ces images les interpellent et les emmènent quelque part dans leur tête. Et puis, qu’ils sourient aussi, parce que c’est beau les gens qui sourient. »

À nos yeux, si les femmes dessinées par Céleste sont particulièrement attachantes, c’est aussi grâce à leur attitude. Certaines se tiennent bien droites, comme pour marcher, d’autres sont bras dessus, bras dessous, pour illustrer leur soutien les unes aux autres, alors que quelques-unes ont un air franchement désinvolte. Pourtant, qu’elles soient représentées seules ou en groupe, il émane des femmes de Céleste Wallaert un sentiment de sororité : ce sont des femmes qui se serrent les coudes.

Lorsque nous avons souhaité en savoir davantage sur ce qui l’inspire chez les femmes qu’elle choisit de représenter, Céleste a approfondi la question avec enthousiasme : « Ce sont des femmes d’aujourd’hui, fières de ce qu’elles sont, de ce qu’elles représentent, fières de leurs origines, des gens qu’elles aiment. J’aime l’idée de représenter des femmes qui assument qui elles sont et ce qu’elle veulent, des femmes qui peuvent être féministes tout en aimant plaire, des femmes qui bossent mais qui aiment aussi être en vacances, bref, des femmes libres ! En toute honnêteté, je suis inspirée par beaucoup de femmes, que ce soit des femmes qui créent des associations pour en aider d’autres, des illustratrices hyper talentueuses, des femmes de pouvoir qui utilisent leur intelligence pour faire bouger les choses… Et puis, au quotidien, c’est ma propre fille qui m’inspire. J’essaie de l’éduquer du mieux que je peux à l’ouverture aux autres, à avoir confiance en elle et à être fière d’être une femme. »

Sur son processus créatif

Lorsqu’elle est à la recherche de nouveaux motifs, Céleste puise son inspiration en ligne. « En général, je tombe sur une image qui m’interpelle, sur Instagram ou Pinterest et qui me donne envie d’en faire une illustration. Souvent elle me reste en tête, alors hop, je sors mon Ipad, mon stylet, je mets de la musique et je dessine. Mon moment préféré est la colorisation, parce que c’est à ce moment-là que je commence à voir à quoi mon illustration va ressembler. Souvent, je fais plein de déclinaisons de couleurs, et sans m’en rendre compte, je me retrouve avec 12 variations d’une même illustration et je ne sais plus laquelle je préfère. » dit-elle en riant.

Alors que les couleurs primaires dominent dans bon nombre de ses illustrations, Céleste nous avoue qu’elle adore les associations de couleurs vives, comme le rose et le rouge. Une combinaison inhabituelle qui explique la déclinaison de coloris pastel doux et les couleurs de peau délicates que l’on retrouve dans la plupart de ses illustrations.

Je trouve qu’il est important que ce mot « féminité » arrête d’être perçu comme quelque chose de négatif, mais qu’il soit vu comme un mot plein de force, de pouvoir et de vie.

Sur la féminité, l’égalité des sexes, et l’émancipation des femmes

Pour nous permettre de saisir pleinement les motivations qui se cachent derrière ses œuvres, et leur signification, Céleste a tenté de contextualiser ses idéaux. « Pour moi, féminité et émancipation sont des mots qui font partie des plus importants dans notre société d’aujourd’hui. L’autonomisation est essentielle pour que l’égalité entre les sexes devienne quelque chose de normal, je pense qu’il est important de réaliser que les hommes et les femmes sont différents sur beaucoup de points mais qu’il est vital qu’on ait tous et toutes les mêmes droits, les mêmes salaires, le même regard sur nous-même. Qu’une femme puisse prendre un congé maternité sans perdre sa place dans son entreprise, autant qu’un homme puisse désirer prendre un congé paternité sans être pointé du doigt. Qu’une femme puisse s’habiller de la manière qu’elle désire, sans être catégorisée. Les femmes sont fortes dans leur féminité, les hommes aussi. Je trouve qu’il est important que ce mot “féminité” arrête d’être perçu comme quelque chose de négatif, mais qu’il soit vu comme un mot plein de force, de pouvoir et de vie. »

« Je trouve que le plus gros challenge des femmes aujourd’hui est l’entrave à leurs libertés, que ce soit de façon sournoise ou plus évidente. Encore aujourd’hui, des femmes sont empêchées d’être qui elles veulent. Elles sont obligées de se cacher, de ne pas s’habiller comme elles le désirent, et sont souvent contraintes de répondre aux besoins et volontés des hommes. » Elle souligne également que « le jugement et la critique » sont les principales problématiques de la lutte pour l’égalité. « J’ai le sentiment que les femmes sont tout le temps pointées du doigt : qu’elles soient trop coincées ou trop libérées, trop féminines ou pas assez féminines, trop maternelles ou pas assez maternelles. Qu’on choisisse de travailler ou de rester mère au foyer, on nous reprochera notre décision. Bref, l’impression de lutter au quotidien. Si je le pouvais, je dirais à toutes les filles dans le monde de s’entraider, d’être solidaires. Ne vous jugez pas entre filles, on a toutes besoin les unes des autres. Et puis, faites-vous confiance. » Nous sommes tout à fait d’accord.

Au cours de l'année à venir, elle espère développer encore davantage son activité de freelance. Actuellement, elle travaille dur pour construire sa « vie rêvée » : c'est-à-dire faire ce qu'elle aime, gérer son temps libre comme elle le souhaite et être son propre patron. Et nous croisons les doigts pour qu'elle réussisse dans toutes ses aspirations.

De la part de toutes les femmes : merci Céleste.

Découvrez les œuvres de Céleste Wallaert

Interview : Maia Frazier

Traduction : Caroline Lacaille

 
×