Anna Albertine Baronius (alias Studio Nahili) nous fait visiter son Berlin : le quartier toujours en vogue de Kreuzberg, le studio d’où elle travaille et son adorable appartement.

Dis-nous en un peu plus sur ton nom d’artiste : que signifie « Nahili », qu’est-ce que ce mot représente pour toi ?

J’ai inventé ce mot quand j’étais petite. J’avais envie qu’il sonne africain, j’étais fascinée par ce continent. Bien plus tard, quand j’ai fondé ce label, je m’en suis souvenu et j’ai trouvé qu’il s’y prêtait bien, au vu de mon amour pour les voyages et de ma curiosité pour les nouvelles choses.

Quel a été ton chemin pour devenir designer ?

La créativité et le graphisme ont toujours fait partie de ma vie. J’ai étudié le design produit et travaillé dans des agences à Valence et à Berlin avant de passer à mon compte. Depuis lors, je travaille comme décoratrice d’intérieur et j’ai été pas mal occupée à développer ma marque, ici à Berlin.

 

Anna, voici 7 petites choses que nous avons toujours voulu savoir sur toi. Prête ?

1. Quelle est ta couleur préférée ? Surprise : le blanc ! Il respire tellement la paix et la force.

2. Quel est ton quartier préféré ? Wrangelkiez (n.d.l.r. : sous-quartier de Kreuzberg, à Berlin).

3. Ton lieu préféré à Berlin ? Le long du canal.

4. Quel est ton thé préféré ? Des herbes fraîches du jardin (malheureusement non-cueillies par moi-même).

5. Ton instrument de création préféré ? Mon appareil photo.

6. Quelle est ta plante préférée ? Pilea, que j’aime appeler le « pom pom tree ».

7. Quel est ton design préféré sur JUNIQE ? « Endless Summer » et « Wind & Water » : ils répandent toujours une impression de vacances.

Comme on peut le voir sur Instagram, ton appartement est ton petit temple personnel. Comment parviens-tu à avoir un intérieur qui paraît toujours aussi immaculé ?

« Toujours » est assez relatif… En fait, il semblerait que j’ai le don de faire le ménage uniquement avant un shooting. En tant que décoratrice d’intérieur et photographe, j’ai bien sûr l'œil pour garder ce qui rend bien dans l’objectif. Je laisse le reste hors champ, comme un petit chaos créatif…

Comment imagines-tu ta vie dans 30 ans ?

Très proche de ce qu’elle est aujourd’hui, à faire exactement ce que j’aime. J’espère vraiment qu’une vie dans un monde plus paisible sera possible un jour et que l’on n’aura pas entièrement détruit notre environnement. À part cela, mes espoirs sont plutôt ordinaires : avoir mon propre jardin (pour du thé frais !) et pour la famille et les amis qui viendront me rendre visite...

Merci Anna !