Photographe indépendant installé à Berlin, Christoph Abatzis a un vrai don pour composer la photographie parfaite. Avec une esthétique impeccable, Christoph se passionne pour la photo culinaire, de voyage et les portraits. Tous et tout l’inspirent : découvrez avec nous ses inspirations, Berlin et son point de vue sur le graphisme et la photo.

Bonjour Christoph ! C’est l’happy hour, qu’est-ce que tu bois ?

Et bien je dois dire que je ne suis pas vraiment du genre « Happy Hour ». Mais si le hasard m’amenait un jour dans un bar lors de l’happy hour, je prendrais probablement un Pisco Sour. Malheureusement, c’est assez dur à trouver.

Tu vis à Berlin. Comment cette ville influence-t-elle ton travail ?


Berlin est une ville qui vibre, qui est toujours en mouvement. Je pense que c’est l’effet principal qu’elle donne sur moi. On voit et expérimente de nouvelles choses tous les jours. Il n’y a jamais assez de temps pour faire tout ce que l’on voudrait faire. C’est pourquoi il est assez facile de se sentir comme si l’on manquait quelque chose, que l’on n'était pas assez bien. À mes yeux, Berlin est à la fois une pression et une source d’inspiration constante.

Tu captures des animaux sauvages, des femmes sensuelles et des paysages à couper le souffle, toujours dans une perfection exemplaire. Quel est ton sujet préféré lorsque tu photographies ?

C’est difficile à dire. Je pense que travailler avec des personnes rend le travail définitivement plus exaltant, mais aussi plus difficile. Lorsque je suis tout seul, j’apprécie aussi beaucoup le silence dans l’attente d'un moment spécial.

 

Des routes norvégiennes aux palmiers des tropiques, chaque environnement que tu photographies peut s’avérer très varié. Où voyages-tu ?

Parfois, je combine le travail et le plaisir. Cela ne veut pas dire que toutes mes photos sont prises lors de voyages effectués pour des clients. Je prends beaucoup de photos pour mon propre plaisir.

Peu importe si je vais finir par les publier ou les montrer à d’autres personnes, c’est quelque chose que je déciderai plus tard. Si je peux décider de ma prochaine destination, je vais plutôt chercher des paysages exotiques et surprenants.

Parfois très clair et épuré, d’autres fois sombre et mystérieux : ton travail est plein de contrastes. Cela reflète-t-il ta personnalité ?

Je ne pense pas non. Je n’ai pas l’humeur aussi changeante que vous pourriez le penser. C’est vrai que lorsque je photographie, j’essaie de capturer un état d’esprit spécifique. Mais celui-ci n’est pas forcément celui que je vis moi-même à ce moment donné.

Tu es graphiste en plus d’être photographe. Ces deux disciplines sont-elles complémentaires pour toi ?

Ils sont assez complémentaires en effet. Les deux jouent sur la composition, la couleur et l’humeur. En réalité, l’un et l’autre sont difficilement indépendants. Mais récemment, je me suis beaucoup concentré sur la photographie, ce qui me prend un temps énorme. Je travaille donc beaucoup moins en tant que graphiste.

Quelle est ta plus grande source d’inspiration et pourquoi ?

J’ai résisté longtemps à Instagram car je ne voulais pas ajouter un nouveau réseau social dans ma vie. Mais les gens y font des choses géniales !

Quelle musique écoutes-tu en boucle en ce moment ?

La grande majorité de mes playlists contient de la techno et de l’électro. Parfois, j’écoute un peu de rap « old-school » ou des années 80. En ce moment : Higher Level (Bicep Remix).

Plutôt animaux ou plantes ?

Plantes ! Au moins, elles ne s’en vont pas en courant dès que j’essaie de les photographier.

Merci, Christoph !

 
 
×