Amy Sia revient sur la liberté offerte par la peinture abstraite, son voyage créatif jusqu’à Londres et le pouvoir de Pinterest.

Quel est ton parcours ? As-tu étudié l’art ou l’illustration ? Quels autres jobs as-tu exercé ?

Mon parcours a commencé dans le stylisme, que j’ai étudié à l’université RMIT de Melbourne en Australie. J’y ai travaillé en tant que styliste ainsi qu’en production pour quelques entreprises en Australie, allant de marques haut de gamme à quelques-unes moins connues, autant en habillement femme que pour enfant.

Lorsque tu te lances dans une nouvelle œuvre, quelles recherches fais-tu ?

Cela dépend du projet. Parfois je pense à ceux pour qui je crée, qui sera la personne qui l’achètera et sur quel genre de produit mon art sera appliqué, et je pars de là. Je vais créer un mood board pour mes inspirations, en réel ou sur Pinterest. Si j’ai été à des expositions ou que j’ai des photos qui pourraient aller avec le sujet, je les ajoute aussi, et c’est l’heure de commencer à peindre !

 

Qu’est-ce qui te fait le plus plaisir en-dehors du travail ? La peinture te semble-t-elle être un travail ?

C’est sûrement la peinture, faire les boutiques et l’art qui me plaisent le plus ! Quand je peins, je n’ai généralement pas l’impression que ce soit du travail. Si je n’ai pas peint pendant un temps, c’est vrai que c’est difficile au début ! Mis à part tout ce qui est relié à mon travail, j’apprécie voyager, manger dehors, boire des cocktails et faire la cuisine.

Tu as une grande communauté de fans sur les réseaux sociaux, et en particulier sur Pinterest. Est-ce ton réseau social préféré ? Pourquoi ? Comment l’utilises-tu et pourquoi penses-tu que les gens aiment te suivre ?

Pinterest est définitivement mon préféré ! Je l’utilise pour le travail ou juste pour m’amuser. Si je cherche de l’inspiration pour une nouvelle œuvre ou une collection, je vais utiliser Pinterest pour rassembler toutes mes idées et surtout pour garder sous la main tout ce que j’ai vu en ligne, que j’aime ou que je voudrais garder comme référence. Je l’utilise aussi pour rassembler des recettes, des idées de décoration intérieure, des tutos DIY que je voudrais essayer… C’est comme un scrapbook, mais organisé et en ligne ! Peut-être que les gens aiment suivre mon compte car cela leur donne un petit aperçu du cerveau d’un designer ?

Tu as beaucoup travaillé avec des marques de mode. Comme perçois-tu le monde de la mode, à Londres ou en général ?

Je ne me sens pas beaucoup impliquée dans la mode ces jours-ci, car je ne travaille plus autant qu’avant avec les marques d’habillement. Mais je trouve ça toujours drôle de regarder ce que les autres créent. La mode à Londres a un aspect plus excentrique, plus prononcé, ce qui la rend très intéressante !

Si tu pouvais choisir une icône ou un artiste avec qui travailler (vivant ou non), qui choisirais-tu ?

Je choisirais le designer belge Dries Van Noten. J’adore la manière dont il utilise l’impression, la broderie et la décoration pour créer de la mode belle et éclectique.

Quel est ton projet de rêve ?

J’adorerais créer une gamme de vaisselle !

Merci Amy !

 
 
×